l’Erreur

mercredi, septembre 3, 2014 Laisser un commentaire

La République semble avoir perdu la tete . La querelle sur l’austérité au sein du parti socialiste est extravagante. La France n’a plus ni mémoire , ni histoire , mais simplement des histrions qui occupent sans vergogne , en buvant un coup ,le devant de la scéne pour raconter des sornettes au peuple éberlué.
La question est pourtant simple . Quelles mesures doit prendre la Francepour respecter les critéres de convergence budgétaire nécessaires à l’existence d’unemonnaie européenne commune qui ont fait l’objet de Traités désormais ratifiés ?
La france a décidé en effet en signant le Traité de Maastricht , qui n’est pas d’hier puisqu’il date de février 1992 , de participer à la création d’une monnaie européenne qui deviendra l’Euro .
Or une monnaie commune doit se doter de régles budgétaires entrainant une convergence des politiques économiques de Etats Membres .
Fallait-il le faire ,ou ne pas le faire ?
L’Angleterre a refusé. Mais on peut constater que la négociation , coté Français ,était menée par Elisabeth Guigou , sous la houlette du ministre des Affaires Etrangères ,Roland Dumas , le décideur étant François Mitterrand Président de la République .La gauche était donc à la manoeuvre.
On peut penser que les socialistes savaient ce qu’ils faisaient d’autant que c’est Lionel Jospin , premier Ministre qui organisa le passage à l’euro .
J’écrivais alors « La souveraineté des Etats se trouve enserrée dans un carcan risquant de priver les institutions démocratiques nationales d’une grande partie de leur liberté . Il est clair que les politiques budgétaires ne laisseront guère de place à l’imagination  »
Pour qu’il n’y ait aucune ambiguité les auteurs du Traité De maastricht , donc nos amis socialistes instituaient la monnaie unique « dans le respect de l’économie de marché « .
L’économie de marché ,par la grace de François Mitterrand ,devenait la politique naturelle et intangible de l’Union .
Je le dis d’autant plus tranquillement qu’à l’époque je déclarai à la tribune de l’Assemblée Nationale : »La responsabilité politique implique qu’il soit tenu compte dans l’établissement du budget de la Nation ,certes des impératifs de convergence externe ,mais aussi des impératifs internes d’harmonie sociale qui doivent resterles premier impératifs de l’Etat « .
Ces paroles furent acceuillies plutot froidement par des haussements d’épaule .
Le choix pour le gouvernement aujourd’hui est donc soit de respecter le Traité et de faire les réformes structurelles fortes nécessaires »dans le respect de l’économie de marché » soit d’obtenir une modification des traités , soit de mettre fin à la construction européenne entreprise .
Il est clair que François Hollande n’a pas obtenu et n’obtiendra pas de ses partenaires une modification substantielle des Traités; qu’il ne quittera pas l’Union, pas plus qu’un gouvernement de droite en raisondu saut dans l’inconnu que seule Marine Le Pen ,adepte du saut à l’élastique , veut tenter.
Il ne reste donc que la voie de l’économie de marché. Le Président a donc été chercher Macron Jouyet Valls et les autres pour réaliser les réformes exigées en laissant au socialisme ,le mariage pour tous,la théorie du genre ou les rythmes scolaires . Ca ne mange pas de pain et ça garde la façade . Quant aux frondeurs on les renvoi à la lecture des Traités pour s’endormir tranquille. Mais la droite du coup se voit privée de son espace naturel d’autant qu’elle va sans doute assister à des réformes qu’elle n’a jamis osé faire et sur lesquelles ses composantes n’ont jamais pu s’entendre!
Sarkozy faisant le tambour de ville devant l’histrion Montebourg ,ça vaut bien une fete à Frangy .

Xavier de Roux .

Publicités
Catégories :L'Echo des Arènes

l’Erreur

mercredi, septembre 3, 2014 Laisser un commentaire

La République semble avoir perdu la tete . La querelle sur l’austérité au sein du parti socialiste est extravagante. La France n’a plus ni mémoire , ni histoire , mais simplement des histrions qui occupent sans vergogne , en buvant un coup ,le devant de la scéne pour raconter des sornettes au peuple éberlué.
La question est pourtant simple . Quelles mesures doit prendre la Francepour respecter les critéres de convergence budgétaire nécessaires à l’existence d’unemonnaie européenne commune qui ont fait l’objet de Traités désormais ratifiés ?
La france a décidé en effet en signant le Traité de Maastricht , qui n’est pas d’hier puisqu’il date de février 1992 , de participer à la création d’une monnaie européenne qui deviendra l’Euro .
Or une monnaie commune doit se doter de régles budgétaires entrainant une convergence des politiques économiques de Etats Membres .
Fallait-il le faire ,ou ne pas le faire ?
L’Angleterre a refusé. Mais on peut constater que la négociation , coté Français ,était menée par Elisabeth Guigou , sous la houlette du ministre des Affaires Etrangères ,Roland Dumas , le décideur étant François Mitterrand Président de la République .La gauche était donc à la manoeuvre.
On peut penser que les socialistes savaient ce qu’ils faisaient d’autant que c’est Lionel Jospin , premier Ministre qui organisa le passage à l’euro .
J’écrivais alors « La souveraineté des Etats se trouve enserrée dans un carcan risquant de priver les institutions démocratiques nationales d’une grande partie de leur liberté . Il est clair que les politiques budgétaires ne laisseront guère de place à l’imagination  »
Pour qu’il n’y ait aucune ambiguité les auteurs du Traité De maastricht , donc nos amis socialistes instituaient la monnaie unique « dans le respect de l’économie de marché « .
L’économie de marché ,par la grace de François Mitterrand ,devenait la politique naturelle et intangible de l’Union .
Je le dis d’autant plus tranquillement qu’à l’époque je déclarai à la tribune de l’Assemblée Nationale : »La responsabilité politique implique qu’il soit tenu compte dans l’établissement du budget de la Nation ,certes des impératifs de convergence externe ,mais aussi des impératifs internes d’harmonie sociale qui doivent resterles premier impératifs de l’Etat « .
Ces paroles furent acceuillies plutot froidement par des haussements d’épaule .
Le choix pour le gouvernement aujourd’hui est donc soit de respecter le Traité et de faire les réformes structurelles fortes nécessaires »dans le respect de l’économie de marché » soit d’obtenir une modification des traités , soit de mettre fin à la construction européenne entreprise .
Il est clair que François Hollande n’a pas obtenu et n’obtiendra pas de ses partenaires une modification substantielle des Traités; qu’il ne quittera pas l’Union, pas plus qu’un gouvernement de droite en raisondu saut dans l’inconnu que seule Marine Le Pen ,adepte du saut à l’élastique , veut tenter.
Il ne reste donc que la voie de l’économie de marché. Le Président a donc été chercher Macron Jouyet Valls et les autres pour réaliser les réformes exigées en laissant au socialisme ,le mariage pour tous,la théorie du genre ou les rythmes scolaires . Ca ne mange pas de pain et ça garde la façade . Quant aux frondeurs on les renvoi à la lecture des Traités pour s’endormir tranquille. Mais la droite du coup se voit privée de son espace naturel d’autant qu’elle va sans doute assister à des réformes qu’elle n’a jamis osé faire et sur lesquelles ses composantes n’ont jamais pu s’entendre!
Sarkozy faisant le tambour de ville devant l’histrion Montebourg ,ça vaut bien une fete à Frangy .

Xavier de Roux .

Catégories :L'Echo des Arènes

l’Erreur

mercredi, septembre 3, 2014 Laisser un commentaire

La République semble avoir perdu la tete . La querelle sur l’austérité au sein du parti socialiste est extravagante. La France n’a plus ni mémoire , ni histoire , mais simplement des histrions qui occupent sans vergogne , en buvant un coup ,le devant de la scéne pour raconter des sornettes au peuple éberlué.
La question est pourtant simple . Quelles mesures doit prendre la Francepour respecter les critéres de convergence budgétaire nécessaires à l’existence d’unemonnaie européenne commune qui ont fait l’objet de Traités désormais ratifiés ?
La france a décidé en effet en signant le Traité de Maastricht , qui n’est pas d’hier puisqu’il date de février 1992 , de participer à la création d’une monnaie européenne qui deviendra l’Euro .
Or une monnaie commune doit se doter de régles budgétaires entrainant une convergence des politiques économiques de Etats Membres .
Fallait-il le faire ,ou ne pas le faire ?
L’Angleterre a refusé. Mais on peut constater que la négociation , coté Français ,était menée par Elisabeth Guigou , sous la houlette du ministre des Affaires Etrangères ,Roland Dumas , le décideur étant François Mitterrand Président de la République .La gauche était donc à la manoeuvre.
On peut penser que les socialistes savaient ce qu’ils faisaient d’autant que c’est Lionel Jospin , premier Ministre qui organisa le passage à l’euro .
J’écrivais alors « La souveraineté des Etats se trouve enserrée dans un carcan risquant de priver les institutions démocratiques nationales d’une grande partie de leur liberté . Il est clair que les politiques budgétaires ne laisseront guère de place à l’imagination  »
Pour qu’il n’y ait aucune ambiguité les auteurs du Traité De maastricht , donc nos amis socialistes instituaient la monnaie unique « dans le respect de l’économie de marché « .
L’économie de marché ,par la grace de François Mitterrand ,devenait la politique naturelle et intangible de l’Union .
Je le dis d’autant plus tranquillement qu’à l’époque je déclarai à la tribune de l’Assemblée Nationale : »La responsabilité politique implique qu’il soit tenu compte dans l’établissement du budget de la Nation ,certes des impératifs de convergence externe ,mais aussi des impératifs internes d’harmonie sociale qui doivent resterles premier impératifs de l’Etat « .
Ces paroles furent acceuillies plutot froidement par des haussements d’épaule .
Le choix pour le gouvernement aujourd’hui est donc soit de respecter le Traité et de faire les réformes structurelles fortes nécessaires »dans le respect de l’économie de marché » soit d’obtenir une modification des traités , soit de mettre fin à la construction européenne entreprise .
Il est clair que François Hollande n’a pas obtenu et n’obtiendra pas de ses partenaires une modification substantielle des Traités; qu’il ne quittera pas l’Union, pas plus qu’un gouvernement de droite en raisondu saut dans l’inconnu que seule Marine Le Pen ,adepte du saut à l’élastique , veut tenter.
Il ne reste donc que la voie de l’économie de marché. Le Président a donc été chercher Macron Jouyet Valls et les autres pour réaliser les réformes exigées en laissant au socialisme ,le mariage pour tous,la théorie du genre ou les rythmes scolaires . Ca ne mange pas de pain et ça garde la façade . Quant aux frondeurs on les renvoi à la lecture des Traités pour s’endormir tranquille. Mais la droite du coup se voit privée de son espace naturel d’autant qu’elle va sans doute assister à des réformes qu’elle n’a jamis osé faire et sur lesquelles ses composantes n’ont jamais pu s’entendre!
Sarkozy faisant le tambour de ville devant l’histrion Montebourg ,ça vaut bien une fete à Frangy .

Xavier de Roux .

Catégories :L'Echo des Arènes

l’Erreur

mercredi, septembre 3, 2014 2 commentaires

La République semble avoir perdu la tete . La querelle sur l’austérité au sein du parti socialiste est extravagante. La France n’a plus ni mémoire , ni histoire , mais simplement des histrions qui occupent sans vergogne , en buvant un coup ,le devant de la scéne pour raconter des sornettes au peuple éberlué.
La question est pourtant simple . Quelles mesures doit prendre la Francepour respecter les critéres de convergence budgétaire nécessaires à l’existence d’unemonnaie européenne commune qui ont fait l’objet de Traités désormais ratifiés ?
La france a décidé en effet en signant le Traité de Maastricht , qui n’est pas d’hier puisqu’il date de février 1992 , de participer à la création d’une monnaie européenne qui deviendra l’Euro .
Or une monnaie commune doit se doter de régles budgétaires entrainant une convergence des politiques économiques de Etats Membres .
Fallait-il le faire ,ou ne pas le faire ?
L’Angleterre a refusé. Mais on peut constater que la négociation , coté Français ,était menée par Elisabeth Guigou , sous la houlette du ministre des Affaires Etrangères ,Roland Dumas , le décideur étant François Mitterrand Président de la République .La gauche était donc à la manoeuvre.
On peut penser que les socialistes savaient ce qu’ils faisaient d’autant que c’est Lionel Jospin , premier Ministre qui organisa le passage à l’euro .
J’écrivais alors « La souveraineté des Etats se trouve enserrée dans un carcan risquant de priver les institutions démocratiques nationales d’une grande partie de leur liberté . Il est clair que les politiques budgétaires ne laisseront guère de place à l’imagination  »
Pour qu’il n’y ait aucune ambiguité les auteurs du Traité De maastricht , donc nos amis socialistes instituaient la monnaie unique « dans le respect de l’économie de marché « .
L’économie de marché ,par la grace de François Mitterrand ,devenait la politique naturelle et intangible de l’Union .
Je le dis d’autant plus tranquillement qu’à l’époque je déclarai à la tribune de l’Assemblée Nationale : »La responsabilité politique implique qu’il soit tenu compte dans l’établissement du budget de la Nation ,certes des impératifs de convergence externe ,mais aussi des impératifs internes d’harmonie sociale qui doivent resterles premier impératifs de l’Etat « .
Ces paroles furent acceuillies plutot froidement par des haussements d’épaule .
Le choix pour le gouvernement aujourd’hui est donc soit de respecter le Traité et de faire les réformes structurelles fortes nécessaires »dans le respect de l’économie de marché » soit d’obtenir une modification des traités , soit de mettre fin à la construction européenne entreprise .
Il est clair que François Hollande n’a pas obtenu et n’obtiendra pas de ses partenaires une modification substantielle des Traités; qu’il ne quittera pas l’Union, pas plus qu’un gouvernement de droite en raisondu saut dans l’inconnu que seule Marine Le Pen ,adepte du saut à l’élastique , veut tenter.
Il ne reste donc que la voie de l’économie de marché. Le Président a donc été chercher Macron Jouyet Valls et les autres pour réaliser les réformes exigées en laissant au socialisme ,le mariage pour tous,la théorie du genre ou les rythmes scolaires . Ca ne mange pas de pain et ça garde la façade . Quant aux frondeurs on les renvoi à la lecture des Traités pour s’endormir tranquille. Mais la droite du coup se voit privée de son espace naturel d’autant qu’elle va sans doute assister à des réformes qu’elle n’a jamis osé faire et sur lesquelles ses composantes n’ont jamais pu s’entendre!
Sarkozy faisant le tambour de ville devant l’histrion Montebourg ,ça vaut bien une fete à Frangy .

Xavier de Roux .

Catégories :L'Echo des Arènes

La rupture

mercredi, août 27, 2014 Laisser un commentaire

Aprés avoir sans doute bu un peu trop de sa cuvée du redressement productif-un vin blanc sans intéret-Montebourg a déclenché une de ces comédies dont il a le secret et qu’il affectionne particulièrement. Il aurait voulu etre un artiste ….
Viré du gouvernement avec son copain Hamon ,il part renforçer la colonne des socialistes français quirévent encore à Marx et au pouvoir et ne supportent pas l’idée d’une sociale démocratie européenne acceptant l’économie de marché et l’idée simple qu’un entrepreneur lorsqu’ilcrée une entreprise c’est pour en tirer un profit!
Ce ne serait qu’une péripétie si la situation du pays n’était pas aussi grave .
Aprés avoir bloqué toutes les réformes depuis au moins quinze ans d’opposition,descendant dans la rue,écharpe sur l’épaule pour défendre tous les avantages acquisen arpentant le pavé,aprés avoir défendu bec et ongle ,avec la complicité des médias,une vision administrée de la société,les socialistes sont revenus au pouvoir derrière et avec Hollande ,pour combattre leur ennemi majeur: la finance cosmopolite et mondialisée . L’arme atomique était simple , il suffisait de ne plus rembourser les dettes et de mettre l’Allemagne à la raison . La france allait faire une vraie révolution européenne dont on se souviendrait dans l’histoire du mode . Elle était inscrite dans le discours fondateur du Bourget .Mais il ne faut pas confondre la parole avec les actes .Le projet a trés vite échoué . L’Allemagne a fait les gros Yeux et les financiers ont montré les dents . Hollande a eu peur .Il a rengainé sa révolution et devant une situation économique et sociale se dégradant amesure que l’on augmentait les impots en faisant trinquer sans distinction les pauvres et les riches_ bien que les pauvres n’aient pas les moyens d’aller s’établir à Bruxelles ou à Londres _il a fallu commencer à regarder la réalité; des entreprises en perte de compétitivité, un chomage de masse ,une baisse du pouvoir d’achat et meme de la rentrée des taxes puisque l’impot tue l’impot.
Hollande a donc congédié Ayrault pour faire avec Vals une politique plus compatible avec les critéres européens ,sans pour autant se séparer de l’image de gauche que lui conservait Montebourg Hamon et quelques autres . Mais on ne marie pas l’eau et le feu.
La crise du coupde blanc de trop a remis les pendules à l’heure . Vals a pu aller se faire applaudir par le patronat rassemblé tandis affichait les chiffres catastrophiques du chomage de juillet .
Rompant avec la lutte des classes ,il demandait aux entrepreneurs d’entreprendre ,d’embaucher , de travailler en jurant que la politique économique et fiscale allait changer . Mais pour changer de politique il faur une majorité à l’Assemblée .Personne ne sait si elle existe . Les uns disent que les députés éviteront une dissolution parcequ’ils tiennent à leur siége , les autres disent que la dissolution est inévitable . Il serait en effet malin , vers le mois de novembre , de redonner à la droite le pouvoir pour qu’elle se coltine les réformes impopulaires qui entraineraient sa perte .
Or le pays a besoin d’une rupture . Il faut construire un autre modéle social, une autre solidarité nationale . Il ne s’agit pas d’une combinaison politicienne mais d’une nécessité . Les chiffres sont effrayants . 2000 milliard de detes , 57% du PIB conscré aux dépenses publiques . Macron disait « la France c’est Cuba sans le soleil » Maintenant qu’il est aux affaires pourra-t-il prendre les mesures nécessaires pour que cela cesse ? A moins que , comme dans l’Allemagne des années trente , on laisse la voie libre à la pire des solutions , celle du Front National . Preuve qu’on est au bout du bout eyt que le dormeur de l’Elysée a une responsabilité historique .
xavier de r

Catégories :L'Echo des Arènes

La rupture

mercredi, août 27, 2014 Laisser un commentaire

Aprés avoir sans doute bu un peu trop de sa cuvée du redressement productif-un vin blanc sans intéret-Montebourg a déclenché une de ces comédies dont il a le secret et qu’il affectionne particulièrement. Il aurait voulu etre un artiste ….
Viré du gouvernement avec son copain Hamon ,il part renforçer la colonne des socialistes français quirévent encore à Marx et au pouvoir et ne supportent pas l’idée d’une sociale démocratie européenne acceptant l’économie de marché et l’idée simple qu’un entrepreneur lorsqu’ilcrée une entreprise c’est pour en tirer un profit!
Ce ne serait qu’une péripétie si la situation du pays n’était pas aussi grave .
Aprés avoir bloqué toutes les réformes depuis au moins quinze ans d’opposition,descendant dans la rue,écharpe sur l’épaule pour défendre tous les avantages acquisen arpentant le pavé,aprés avoir défendu bec et ongle ,avec la complicité des médias,une vision administrée de la société,les socialistes sont revenus au pouvoir derrière et avec Hollande ,pour combattre leur ennemi majeur: la finance cosmopolite et mondialisée . L’arme atomique était simple , il suffisait de ne plus rembourser les dettes et de mettre l’Allemagne à la raison . La france allait faire une vraie révolution européenne dont on se souviendrait dans l’histoire du mode . Elle était inscrite dans le discours fondateur du Bourget .Mais il ne faut pas confondre la parole avec les actes .Le projet a trés vite échoué . L’Allemagne a fait les gros Yeux et les financiers ont montré les dents . Hollande a eu peur .Il a rengainé sa révolution et devant une situation économique et sociale se dégradant amesure que l’on augmentait les impots en faisant trinquer sans distinction les pauvres et les riches_ bien que les pauvres n’aient pas les moyens d’aller s’établir à Bruxelles ou à Londres _il a fallu commencer à regarder la réalité; des entreprises en perte de compétitivité, un chomage de masse ,une baisse du pouvoir d’achat et meme de la rentrée des taxes puisque l’impot tue l’impot.
Hollande a donc congédié Ayrault pour faire avec Vals une politique plus compatible avec les critéres européens ,sans pour autant se séparer de l’image de gauche que lui conservait Montebourg Hamon et quelques autres . Mais on ne marie pas l’eau et le feu.
La crise du coupde blanc de trop a remis les pendules à l’heure . Vals a pu aller se faire applaudir par le patronat rassemblé tandis affichait les chiffres catastrophiques du chomage de juillet .
Rompant avec la lutte des classes ,il demandait aux entrepreneurs d’entreprendre ,d’embaucher , de travailler en jurant que la politique économique et fiscale allait changer . Mais pour changer de politique il faur une majorité à l’Assemblée .Personne ne sait si elle existe . Les uns disent que les députés éviteront une dissolution parcequ’ils tiennent à leur siége , les autres disent que la dissolution est inévitable . Il serait en effet malin , vers le mois de novembre , de redonner à la droite le pouvoir pour qu’elle se coltine les réformes impopulaires qui entraineraient sa perte .
Or le pays a besoin d’une rupture . Il faut construire un autre modéle social, une autre solidarité nationale . Il ne s’agit pas d’une combinaison politicienne mais d’une nécessité . Les chiffres sont effrayants . 2000 milliard de detes , 57% du PIB conscré aux dépenses publiques . Macron disait « la France c’est Cuba sans le soleil » Maintenant qu’il est aux affaires pourra-t-il prendre les mesures nécessaires pour que cela cesse ? A moins que , comme dans l’Allemagne des années trente , on laisse la voie libre à la pire des solutions , celle du Front National . Preuve qu’on est au bout du bout eyt que le dormeur de l’Elysée a une responsabilité historique .
xavier de r

Catégories :L'Echo des Arènes

Dieu ,l’Islam et les hommes

lundi, août 11, 2014 Laisser un commentaire

Il y a des  prédictions qui ont la vie dure .Nostradamus , dans ses Centuries , prédisait que le XXI °siécle connaitrait un retour du monde Islamique et sa confrontation avec la chrétienté . Cette prédiction semblait , il y a vingt ans  tellement extravagante qu’on s’en servait justement pour gausser l’oeuvre de l’ésotérique auteur.

Pourtat nous y voilà .De nombreux  experts qui ne sont pas desprophétes  expliquent depuis longtemps que la déstabilisation du Moyen Orient par l’affaire de l’occupation de la Palestine et par l’expulsion des palestiniens de leurs terres ,allait de proche en proche  ,nourrir un militantisme Arabe qui deviendrait religieux sous l’influence des monarchies du golf et d’abord de l’Arabie Saoudite gardienne du dogme .

L’effondrement des tours de New York ,les avions détournés utilisés comme armes de guerre ,le role de la famille Ben Laden ,l’offensive lançée sans modération par le Président  Bush contre le régime Baasiste de Sadam Hussein qui par essence n’avait rien d’Islamique , a mis le feu aux poudres . 

L’Irak,hativement crée en I910 par les accords franco -anglais sur les dépouilles du Califat Ottoman ,devenait un pays composé  de religions diverses . Il abrite les lieux saints du Chiisme qui est la religion majoritaire ,mais aussi des Sunites  et puis des Chrétiens Chaldéens ,des Yazidis entourés d’anges ,puisque la Mésopotamie a vu naitre depuis toujours les religions des hommes . Mais elle n’a pas résisté au traitement que lui a infligé l’Amérique . Toutes les querelles religieuses ont pris le dessus et chacune un parti . L’Iran Chiite s’est fait le protecteur de la majorité ,le Qatar a armé les Sunnites ,la guerre civile et religieuse s’est étendue à la Syrie où on n’a pas écouté l’avis éclairé des Russes . Quelques anciens généraux  de Sadam Hussein  ont choisi un calife et proclamé le Califat,c’est à dire le gouvernement du monde Islamique , tandis que dans la bande de Gaza l’armée Israélienne  tentait  d’écraser le Hamas ,né des Fréres Musulmans , en écrasant sans discernement une population civile enfermée dans un ghetto ne pouvant s’abriter nulle part des bombardements et  des combats .

 Le front religieux est donc partout ouvert . Il domine la Syrie , menace le Liban ,s’empere de l’ Irak et bientot du Kurdistan qui pensait avoir trouvé son autonomie .Et comme une guerre peut en cacher une autre , l’Arabie Saoudite  Wahabite craint  l’Iran Chiite qui soutient le gouvernement de Bagdad tandis que l’autre grande puissance régionale , la Turquie ,aprés avoir tourné le dos à la laicité ,ne souhaite pas qu’émerge des ruines de ses anciennes provinces un Etat Kurde qui pourrait revendiquer quinze pour cent de sa population ….

L’Europe , liée depuis toujours aux rives de la Méditérannée  est sous le choc. Son opinion publique comprend rien à l’Islam ,au fameux Djihad  ou au désir de califat . On sent bien le besoin de triomphe d’une religion avec laquelle on n’a jamais réussi  à s’accorder ,bien qu’elle soit née du meme Livre et des memes prophéties . Alors on entend des bruits de bottes de croisades et de croisés qui pourtant ne devraient avoir aucun sens mais qui en prennent face à une conception totalitaire et primitive de l’Islam partie vaincre le diable en soumettant les hommes .

Malraux avait prévenu du retour des religions dés lors qu’auraient été épuisées les joies du matérialisme qu’il soit historique ou simplement capitaliste . Nous y sommes . Nos  hommes politiques  parlent de croissance comme des perroquets et de raison comme des retraités parcequ’ils sont les représentants d’un vieux monde qui ne fut pas toujours raisonnable , confronté aujourd’hui à la jeunesse de la population d’une planéte qui ne trouve pas de solution à sa démographie ,à ses ressiurces , à ses malheurs,si bien qu’effectivement la religion , fut-elle totalitaire ,est l’abri naturel puisque c’est la porte du paradis et de l’eternité.

Que peut faire le siécle contre le paradis ? Que peut faire lematérialisme contre l’éternité ?Les Soviétiques l’expérimente il y a longtemps en Afghanistan et les Occidentaux s’embrouillent dans cet Orient si proche où leurs meilleurs alliès financent leurs pires ennemis et rien ne sort plus des peuples des lumières qu’un obscurantisme  économatre tentant sans fin de justifier la liberté contre l’égalité!

 L’homme a inventé Dieu et puis il l’a renié . C’etait un opium inutile . Depuis il erre dans les chemins du désespoir .C’est un peu juste en effet la course épuisante et rapide à la conquete de l’or avec pour loi celle de la concurrence et pour horizon quelques années de lutte . Retrouver l’ame est une autre affaire  et l’essence du tet des choses aussi. 

Notre civilisation , au bord du chemin ,voit se lever le drapeau noir d’une foi liberticide et le drapeau rouge  d’un matérialisme sans limite . Il faut que nous revenions aux sources de la sagesse .

Xavier de Roux 

Catégories :L'Echo des Arènes