Accueil > Actualite > Le même disque rayé

Le même disque rayé

vendredi, juillet 27, 2012 Laisser un commentaire Go to comments

Il n’est plus discutable que l’Occident a mis en place, à la fin du XXème siècle, un modèle économique fondé non plus sur la production de biens et de services, mais sur le seul profit tiré des opérations financières faites sur les dérives virtuelles des biens réels en circulation ; La chose était si merveilleuse que l’on s’est mis à rêver à la fin du travail et à la civilisation des loisirs.

Ce que l’on appelle la crise de la dette, c’est la création sans limite de titres de crédit tirés sur des biens fictifs démultipliant les gains et les profits, instaurant en même temps, d’ailleurs, une inégalité de revenus considérable entre les acteurs du marché fictif et les producteurs de biens.

Une telle inégalité est devenue insupportable dans une démocratie normale, sous tendue par la démocratie chrétienne européenne.

L’explosion prévisible du système a contaminé les dettes souveraines, les Etats volant au secours du crédit que les banques, exsangues, ne pouvaient plus assumer, alors qu’il est supposé fonder le bien-être de nos sociétés qui doivent croître plus vite que le taux d’intérêt des emprunts. En fin de compte, le citoyen contribuable doit payer la facture, même s’il n’en a pas toujours les moyens.

Dans ces conditions, taxer les très hauts revenus supérieurs à 1 000 000 d’euros par an pouvait apparaître comme une juste mesure du camarade Hollande. Cependant, tout ce qui est systématique est exagéré et tout ce qui est exagéré est inutile.

On ne peut pas en même temps affirmer appartenir à une Communauté Européenne s’inscrivant dans un marché mondialisé, régulé par la loi de la libre concurrence et appliquer des mesures fiscales confiscatoires –fussent-elles justes !- L’effet est immédiat. Les quarante plus grandes entreprises françaises réalisent plus de 80% de leur chiffre d’affaires à l’étranger, en dehors du territoire français, il n’est donc pas difficile d’installer en dehors de France des centres de décisions et d’y affecter les dirigeants que l’on veut les mieux rémunérer et comme un dirigeant travaille rarement seul, on délocalise en même temps son équipe.

On choisit ainsi de diminuer l’attractivité du territoire national. Une fois de plus une idée juste entraîne une fausse solution sur laquelle le personnel politique a toujours beaucoup de mal à revenir. On atteint les limites de la démocratie occidentale dès lors que la loi affecte son territoire mais pas le marché auquel ce territoire appartient. Les vieilles Nations se débattent dans leurs contradictions, leurs élites sont infidèles et leurs peuples désabusés. Il faut réinventer une civilisation humaniste dans un monde tout entier envahi par le matérialisme qu’il soit historique ou capitaliste. Or les partis sont devenus de simples machines à conquérir le pouvoir qui restent muettes sur l’essentiel. Ils fabriquent des programmes comme on taille des habits et ils font les habits petits, alors que la planète change, entraînée par des milliards d’hommes travaillant sans relâche pour satisfaire leurs besoins et leurs envies. En 1981, on avait en France inventé le Ministère du Temps libre, puis un décidé de taxer les heures supplémentaires ! Les usines ferment ici et s’installent ailleurs ! Le monde n’obéit plus à nos lubies, il n’est plus à notre service. Montebourg peut faire des incantations, Aubry ordonner, et Hamon taper du pied, c’est ainsi !

Les représentants du peuple doivent regarder la réalité en face et faire des propositions sans perdre de temps pour que notre Pays redevienne créatif, entreprenant, inventif et s’empare fermement du futur et des richesses qu’il contient. Malheureusement on entend toujours le même disque rayé !

Xavier de Roux

Advertisements
Catégories :Actualite
  1. jeudi, janvier 31, 2013 à 23 h 59 min

    Inventif, créatif et entreprenant, et surtout COMPETITIF.
    Je reprends la phrase de conclusion de M. Xavier de Roux pour rebondir sur notre terrible actualité. Au moment ou de nombreuses usines ou filiales ou bureaux d’entreprises internationales ferment, Mittal à Florange, Doux dans l’ouest,,Good year (voir article en bas de page* (1) mais également de plus petites unités pourtant vitales pour leurs régions (robineterie First Labo en charente) etc etc.
    La France a perdu près de 900 usines en 3 ans, soit un solde négatif ou perte nette de 390 usines en comptant les créations. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/12/28/04016-20111228ARTFIG00244-la-france-a-perdu-pres-de-900-usines-en-trois-ans.php
    Bien sûr que la droite ne peut se dédouaner de ce bilan catastrophique, subit en grande partie par l’ereur stratégique des 35 h.
    MAIS que la gauche SE TAISE, car la plus importante fermeture d’usine en France eut lieu en 1992,Renault Billancourt, sous le règne de Miterrand, dont un bon nombre de ministres ou « faire-valoirs » (pour ne pas dire suppôts) sont encore en activité sous ce gouvernement.
    http://www.lefigaro.fr/social/2012/07/12/09010-20120712DIMFIG00429-les-plus-importantes-fermetures-d-usines-automobiles-de-ces-20-dernieres-annees.php
    Et aujourd’hui le gouvernement fait pire par ses gesticulations obscènes.Le tempo fut donné par Hollande qui déclara au meeting du Bourget: « Mon adversaire c’est la finance », puis Montebourg, ministre du « redressement industriel » fustigeant les industriels devant les syndicats et la presse,sans prendre le soin auparavant de réunir (la moindre des choses) les principaux intéréssés afin de négocier.
    La touche finale de la diplomatie et de l’élégance s’est disputée entre le journal Libération et le 1er ministre.
    Le journal affichant en 1ère de couverture M. Bernard Arnaud en lui intimant un « casse toi riche con » espérant ainsi et sans doute faire un tirage aussi important que Charlie Hebdo et ses caricatures.
    Le 1er ministre traitant ensuite la juste colère de Depardieu et son attitude d’un lapidaire « minable ».
    Nous avons des gisements d’emplois phénoménaux, inexploités (et il y a de nombreux exemples de jobs réels en réserve) mais nous ruinons le pays avec un secteur public OBESE, sclérosé, et nous envoyons A LA CASSE toute une génération de + de 50 ans et de moins de 25 ans.
    On ne peux imaginer pire gachis pour la France!
    Les entreprises et le TRAVAIL ne peuvent continuer à subir le déficit de gestion de notre pays.
    Les industriels français demandent notamment à l’État d’abaisser le coût du travail, qui les handicape face à leurs concurrents allemands.

    «Il faut une ambition industrielle pour ce pays. Il faut un président visionnaire pour l’industrie à la manière de De Gaulle», a affirmé Pierre Gattaz, président du GFI (Groupe des fédérations industrielles).
    Les industriels français, qui emploient 3 millions de personnes dans 150.000 entreprises, demandent à l’État de «réduire la dépense publique de 1 point de PIB par an entre 2012 et 2016 pour restaurer les finances publiques».
    La baisse des prélévements sur les entreprises provoquera CE CHOC DE COMPETITIVITE qui doit conduire à une amélioration de l’emploi.
    La TVA et la CSG doivent financer une plus grande partie de la protection sociale (famille et assurance-maladie) afin qu’elle ne soit plus payée par les entreprises françaises (projet du gvt Sarkozy).
    Pourquoi d’ailleurs seuls ceux qui travaillent financeraient la protection sociale ??Sont ce les seuls qui sont malades ou qui ont des enfants ?
    D’ailleurs la TVA n’est elle pas devenu un impôt écologique et juste, puisqu’elle taxe surtout ceux qui consomment le plus des produits importés (donc empreinte carbone forte) par rapport à l’alimentaire (souvent local et à 5 %).
    Cette mesure permettra d’abaisser le coût du travail qui handicape les firmes françaises face à leurs concurrentes allemandes et aux autres.
    Le différentiel de compétitivité entre la France et l’Allemagne est de 80 milliards.
    A titre d’exemple nous dépensons 25 % soit 8 milliards € en dépenses militaires de plus que l’Allemagne (39 mds € contre 31) et 40 milliards d€ de plus sur le budget éducation que l’Allemagne, et 40 milliards d‘intérêts de remboursement de dette.
    Au total 160 milliards € de différence entre les 2 pays au niveau des dépenses de l’état. CQFD
    Si on fait le calcul, simpliste je vous l’accorde (ou Melanchoniste) , que l’état injecte la moitié des 160 Milliards € dans les 150 000 industries françaises, on arriverait à donner 534 000 € à chaque entreprise (indifféremment de son importance et de son poids e salariés).
    Ce qui permettrait d’embaucher pour les 150 000 entreprises, si ces dernières consacrent tout cet argent a l’embauche, sur la base d’un SMIC temps plein 35 h :
    – 3 millions 300 000 personnes .
    Etonnant, non ? aurait dit notre regretté Pierre Desproges (qui aurait sans doute été qualifié de « rigolo » par notre 1er ministre).
    Dans un pays qui compte environ 16 millions de salariés, 5,2 millions de fonctionnaires et assimilés*(2), en régression il est vrai (voir manifs actuelles) de 20 000 postes (en 2011 waoouuu !!), 1,7 millions de personnel des collectivités locales et territoriales, 4à 5 millions de chômeurs et 2 millions de bénéficiaires du RSA, 19 millions de retraités et environ 10 à 12 millions de travailleurs indépendants (professions liberales, agriculteurs etc), une grande majorité silencieuse.
    Bref, un rapide calcul nous montre que 1 actif sur 4 dépend du secteur public.
    La cour des comptes chiffre le coût moyen par tête de chaque salarié du secteur public au long de sa vie à 3,5 millions €.
    Pour être à égalité avec l’Allemagne, la France devrait avoir 1 500 000 fonctionnaires de moins. Nous aurions alors le même nombre de fonctionnaires qu’en 1980. La règle du « non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite » est très insuffisante pour réduire les effectifs. Il faut aller plus loin, et geler les embauches de certaines administrations et faciliter les transferts de compétences vers le privé.
    Je trouve que l’initiative de J.L Borloo de créer un « shadow cabinet » sorte de gouvernement de l’ombre ou fantome mais que je qualifierais plutôt de gouvernement de « recours et de progrès», à l’image de ce qui se fait dans beaucoup de pays anglo-saxons est une excellente idée.
    On ne peut accepter décemment la continuité de ce gouvernement « fantoche » de joyeux plaisantins incapables, obnubilés par le seul élément sur-dimensionné de leur personnalité, leur ego-centrisme.
    Ce gouvernement nous méprise avec ses mesurettes indignes, sorties en droite ligne de l’esprit de soixante-huitards attardés ou torturés, voulant changer de l’intérieur les repères d’une société qui en a perdu la plupart.
    Cette société, nos compatriotes, qui doit avoir son dû sans supplier : Du travail correctement rémunéré et un avenir joyeux et clair pour sa progéniture (adoptée ou procrée par voies naturelles).
    Je crois qu’il est vraiment temps de se sortir les doigts du « béton ».De S’INDIGNER.
    Je vous suggère d’écouter et entendre ce qu’a dit une vraie française, dont la pensée parle à l’unisson de son cœur, avec une pseudo naïveté séduisante.Une française, qui porte des valeurs identaires françaises et un regard lucide et simple sur la paupérisation démocratique et intellectuelle de notre système de gouvernance.Rafraichissant

    UNI pour l’UDI !
    *(1) http://www.dailymotion.com/video/xx35fx_le-blog-economie-de-christian-menanteau-goodyear-le-prix-du-tout-ou-rien_news#.UQpnWh12SXs
    *(2) http://www.lecri.fr/2011/09/08/la-france-compte-un-trop-grand-nombre-de-fonctionnaires/25240

  2. vendredi, février 1, 2013 à 19 h 39 min

    Merci de bien vouloir supprimer le 1er article (fautes de frappe) Cordialement
    Inventif, créatif et entreprenant, et surtout COMPETITIF.
    Je reprends la phrase de conclusion de M. Xavier de Roux pour rebondir sur notre terrible actualité. Au moment ou de nombreuses usines ou filiales ou bureaux d’entreprises internationales ferment, Mittal à Florange, Doux dans l’ouest,,Good year (voir article en bas de page* (1) mais également de plus petites unités pourtant vitales pour leurs régions (robineterie First Labo en charente) etc etc.
    La France a perdu près de 900 usines en 3 ans, soit un solde négatif (ou perte nette) de 390 usines en comptant les créations. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/12/28/04016-20111228ARTFIG00244-la-france-a-perdu-pres-de-900-usines-en-trois-ans.php
    Bien sûr la droite ne peut se dédouaner de ce bilan catastrophique, subit en grande partie par l’erreur stratégique des 35 h.
    MAIS que la gauche SE TAISE, car la plus importante fermeture d’usine en France eut lieu en 1992,Renault Billancourt, sous le règne de Miterrand, dont un bon nombre de ministres ou « faire-valoirs » (pour ne pas dire suppôts) sont encore en activité sous ce gouvernement.
    http://www.lefigaro.fr/social/2012/07/12/09010-20120712DIMFIG00429-les-plus-importantes-fermetures-d-usines-automobiles-de-ces-20-dernieres-annees.php
    Aujourd’hui le gouvernement socialiste fait pire par ses gesticulations obscènes.Le tempo fut donné par Hollande qui déclara au meeting du Bourget: « Mon adversaire c’est la finance », puis Montebourg, ministre du « redressement industriel !!» fustigeant ceux avec qui il devrait collaborer, les industriels, en se donnan en spectacle (il en a le goût) devant les syndicats et la presse,sans prendre le soin auparavant de réunir (la moindre des choses) les principaux interéssés afin de négocier.
    La touche finale de la diplomatie et de l’élégance s’est disputée entre le journal Libération et le 1er ministre.
    Le journal affichant en 1ère de couverture M. Bernard Arnaud en lui intimant un « casse toi riche con » espérant ainsi et sans doute faire un tirage aussi important que Charlie Hebdo et ses caricatures.
    Le 1er ministre traitant ensuite la juste colère de Depardieu et son attitude d’un lapidaire « minable ».
    Nous avons des gisements d’emplois phénoménaux, inexploités (et il y a de nombreux exemples de jobs réels à exploiter) mais nous ruinons le pays avec un secteur public OBESE, sclérosé, et nous envoyons A LA CASSE toute une génération de + de 50 ans et de moins de 25 ans.
    On ne peux imaginer pire gachis pour la France!
    Les entreprises et le TRAVAIL ne peuvent continuer à subir le déficit de gestion de notre pays.
    Les industriels français demandent notamment à l’État d’abaisser le coût du travail, qui les handicape face à leurs concurrents allemands.

    «Il faut une ambition industrielle pour ce pays. Il faut un président visionnaire pour l’industrie à la manière de De Gaulle», a affirmé Pierre Gattaz, président du GFI (Groupe des fédérations industrielles).
    Les industriels français, qui emploient 3 millions de personnes dans 150.000 entreprises, demandent à l’État de «réduire la dépense publique de 1 point de PIB par an entre 2012 et 2016 pour restaurer les finances publiques».
    La baisse des prélévements sur les entreprises provoquera CE CHOC DE COMPETITIVITE qui doit conduire à une amélioration de l’emploi.
    La TVA et la CSG doivent financer une plus grande partie de la protection sociale (famille et assurance-maladie) afin qu’elle ne soit plus payée par les entreprises françaises (projet du gvt Sarkozy).
    Que la gauche bien pensante n’oublie pas que les automates qui remplacent les ouvriers sur les chaînes subit aussi cette TVA à 20 %.
    Pourquoi seuls ceux qui travaillent financeraient la protection sociale ??Sont-ce les seuls qui sont malades ou qui ont des enfants ?
    D’ailleurs la TVA n’est elle pas devenue un impôt écologique et juste, puisqu’elle taxe surtout ceux qui consomment le plus des produits importés (donc empreinte carbone forte) par rapport à l’alimentaire (souvent local et à 5 %).
    Cette mesure permettra d’abaisser le coût du travail qui handicape les firmes françaises face à leurs concurrentes allemandes et aux autres.
    Le différentiel de compétitivité entre la France et l’Allemagne est environ de 80 à 100 milliards
    A titre d’exemple nous dépensons 25 % soit 8 milliards € en dépenses militaires de plus que l’Allemagne (39 mds € contre 31) et 40 milliards d€ de plus sur le budget éducation que l’Allemagne, et 40 milliards d‘intérêts de remboursement de dette.
    Pour être clair comparons les 2 PIB pour 2011 :
    France : 2580 Md €
    Dépense publique : 55,8%
    Allemagne : 3360 Md€
    Dépense publique : 45,3%
    10,5 % de dépense en plus pour la France avec 1 PIB inférieur
    On pourrait dire que la « devise » de l’Allemagne c’est gagner plus pour dépenser moins, et la France … le contraire. CQFD
    Si on fait le calcul, simpliste je vous l’accorde (ou Melanchoniste) , que l’état injecte la moitié des 160 Milliards € d’économie qu’elle devrait faire sur les dépense de l’état dans les 150 000 industries françaises, on arriverait à donner 534 000 € à chaque entreprise (indifféremment de son importance et de son poids e salariés).
    Ce qui permettrait d’embaucher dans les 150 000 entreprises, si ces dernières consacrent tout cet argent a l’embauche, sur la base d’un SMIC temps plein 35 h :
    – 3 millions 300 000 personnes .
    Etonnant, non ? aurait dit notre regretté Pierre Desproges (qui aurait sans doute été qualifié de « rigolo » par notre 1er ministre).
    Dans un pays qui compte environ 16 millions de salariés, 5,2 millions de fonctionnaires et assimilés*(2), en régression il est vrai (voir manifs actuelles) de 20 000 postes (en 2011 waoouuu !!), 1,7 millions de personnel des collectivités locales et territoriales, 4à 5 millions de chômeurs et 2 millions de bénéficiaires du RSA, 19 millions de retraités et environ 1 à 12 millions de travailleurs indépendants (professions liberales, agriculteurs etc,une grande majorité silencieuse).
    Bref, un rapide calcul nous montre que 1 actif sur 4 dépend du secteur public.
    La cour des comptes chiffre le coût moyen par tête de chaque salarié du secteur public au long de sa vie à 3,5 millions €.
    Pour être à égalité avec l’Allemagne, la France devrait avoir 1 500 000 fonctionnaires de moins. Nous aurions alors le même nombre de fonctionnaires qu’en 1980. La règle du « non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite » est très insuffisante pour réduire les effectifs. Il faut aller plus loin, et geler les embauches de certaines administrations et faciliter les transferts de compétences du public vers le privé.
    Je trouve que l’initiative de J.L Borloo de créer un « shadow cabinet » sorte de gouvernement de l’ombre ou fantome mais que je qualifierais plutôt de gouvernement de « recours et de progrès», à l’image de ce qui se fait dans beaucoup de pays anglo-saxons est une excellente idée.
    On ne peut accepter décemment la continuité de ce gouvernement « fantoche » de joyeux plaisantins incapables, obnubilés par le seul élément sur-dimensionné de leur personnalité, leur ego-centrisme.
    Ce gouvernement nous méprise avec ses mesurettes indignes, sorties en droite ligne de l’esprit de soixante-huitards attardés ou torturés, voulant changer de l’intérieur les repères d’une société qui en a perdu la plupart.
    Cette société (nous tous) qui doit avoir son dû sans supplier : Du travail correctement rémunéré et un avenir joyeux et clair pour sa progéniture (adoptée ou procrée par voies naturelles).
    Je crois qu’il est vraiment temps de se sortir les doigts du « béton ».De S’INDIGNER.
    Je vous suggère d’écouter et entendre ce qu’a dit une vraie française, dont la pensée parle à l’unisson de son cœur, avec une pseudo naïveté séduisante.Une française, qui porte des valeurs identaires françaises et un regard lucide et simple sur la paupérisation démocratique et intellectuelle de notre système de gouvernance.Rafraichissant

    UNI pour l’UDI !
    *(1) http://www.dailymotion.com/video/xx35fx_le-blog-economie-de-christian-menanteau-goodyear-le-prix-du-tout-ou-rien_news#.UQpnWh12SXs
    *(2) http://www.lecri.fr/2011/09/08/la-france-compte-un-trop-grand-nombre-de-fonctionnaires/25240

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :