Accueil > L'Echo des Arènes > De la liberté des peuples et du choc des cultures…

De la liberté des peuples et du choc des cultures…

mardi, février 22, 2011 Laisser un commentaire Go to comments

Les soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte, ayant conduit au départ des présidents Ben Ali et Moubarak, tous deux généraux bénéficiant depuis longtemps de l’appui de l’Occident, ont été un vrai choc pour les gouvernements européens. A Washington, Barack Obama à la manœuvre, jouait une autre partition et une autre vision du monde. Mais à Paris, ce fut la confusion d’abord, tant à l’Elysée qu’au Quai d’Orsay. Ben Ali et Moubarak, comme d’ailleurs Bouteflika en Algérie ayant pour principal intérêt de tenir à distance les mouvements que l’on dit islamistes, et qui créaient en France une crainte considérable puisque l’on mélange depuis longtemps l’Islam et le terrorisme. C’est d’ailleurs un paradoxe français que de tout mélanger allégrement, les Arabes arrêtés à Poitiers, la France occupant le Maghreb, avec entre temps des relations un peu compliquées avec l’Empire Ottoman, qui avait mis fin à l’Empire chrétien d’Orient, le byzantin singulièrement affaibli par les croisades absurdes. Cette relation compliquée entre une France désormais laïque et des Etats de confession musulmane, a été aggravée depuis la dernière guerre par les relations franco-israéliennes, soudées durant la guerre d’Algérie par un intérêt commun, quelquefois refroidies au  gré de la politique arabe de la France, mais toujours vivaces et primordiales. Or les Etats-Unis qui se sont servis pour mettre un terme à la guerre froide, en la gagnant, de l’Islam, sont en train de modifier complètement leur politique. On se souvient que pour lutter contre l’URSS en Afghanistan, les USA ont aidé, via le Pakistan, le grand mouvement taliban dont Ben Laden prendra la direction avec le Mollah Omar, et qu’en Europe, usant du même thème, les USA dans les guerres des Balkans furent aux côtés des musulmans bosniaques et kosovars, pour s’installer durablement dans la région, au cœur de la Méditerranée. Mais cette politique étrangère aventureuse leur coûta, avec le départ du Shah, leur influence en Iran, puis leur guerre d’Irak, qui sans Saddam Hussein, devient une honorable République chiite, tandis que l’Afghanistan n’attend que leur départ.
Barack Obama a compris que la politique étrangère des néo-conservateurs américains, très influencée par la vision israélienne du Moyen-Orient, n’avait aucune chance pour les intérêts américains de prospérer dans la région. Au contraire, si la première partie de la manœuvre avait conduit inexorablement aux épouvantables attentats de New-York, la réaction de “containment” ne déboucherait sur rien d’autre qu’une sorte de guerre de religion que les masses musulmanes remporteraient plus facilement que les égocentriques occidentaux, d’autant que cette guerre religieuse aurait tôt fait de se transformer en un affrontement entre peuples riches et peuples pauvres. Il fallait donc laisser les peuples arabes s’exprimer, obtenir leur liberté et décider de leur destin, c’est-à-dire soulever le couvercle de la marmite avant qu’elle n’éclate, et il n’était que temps. Au contraire en France, la stabilité du régime Ben Ali louée depuis 30 ans avec une belle unanimité par les gouvernements français successifs de droite ou de gauche, devait rester le rempart d’un Islam ressenti comme menaçant la République et sa culture. La France d’ailleurs n’avait pas fait dans la dentelle lorsque le Front islamique du salut, gagnant les élections en Algérie il y a 20 ans, fut tout simplement interdit, lançant en Algérie une guerre civile qui fit plus de 200 000 morts et qui dura 12 ans, ce qui explique une certaine prudence des populations algériennes habituées à être fortement canonnées. Quant au président Moubarak, Nicolas Sarkozy en fit un président de son Union pour la Méditerranée, parce qu’il était le garant de la paix avec Israël pour laquelle son prédécesseur Sadate était mort. Certes ce rôle ingrat retira beaucoup à l’influence égyptienne dans le monde arabe, mais tout aurait pu durer sans doute sans l’augmentation faramineuse des matières premières et de l’alimentation donnant aux peuples l’impression d’être abandonnés par leurs dirigeants qui assuraient certes plus ou moins la paix mais certainement pas le quotidien. Liberté et démocratie pourront-elles assurer à ces populations malheureuses la subsistance nécessaire ? Pour beaucoup, la démocratie, c’est nécessairement l’Islam qui apporte la paix civile et l’égalité sociale au travers des principes de la Charia, c’est-à-dire des préceptes du Coran qui constituent un véritable code permettant de construire sur terre une société harmonieuse.
Et c’est là qu’a lieu le choc des civilisations. Si l’Occident veut bien la liberté et la démocratie pour les peuples arabes et les autres, il ne comprend pas que liberté et démocratie peuvent prendre la forme d’une véritable idéologie qu’il réprouve et qu’il déteste d’autant plus que des pays laïques, comme la France, se sentent concernés. On l’a vu avec la querelle du voile islamique, ou avec le débat sur l’identité nationale. L’Islam n’est pas soluble dans une France laïque et néo-chrétienne. Certes les bien-pensants distinguent sans cesse les immigrés devenus républicains des autres, pour ne pas sembler s’opposer à l’immigration, mais ce sont bien deux cultures, deux civilisations, deux façons de voir le monde qui se rencontrent. Il y a donc fort à parier que les nouvelles libertés conquises outre-Méditerranée n’ont pas fini de donner des angoisses et des migraines à nos dirigeants, à moins qu’à leur tour ils ne se décident à voir le monde autrement.

Xavier de Roux

Paru dans L’Echo des Arènes n°161 – Mars 2011


Advertisements
Catégories :L'Echo des Arènes
  1. brigitte Dusch
  2. dimanche, février 27, 2011 à 18 h 35 min

    Lisez l’Echo des Arènes !
    Amitiés

    XDR

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :