Accueil > L'Echo des Arènes, Politique > Faut-il avoir peur de Marine Le Pen ?

Faut-il avoir peur de Marine Le Pen ?

Le Front National progresse parce qu’il donne des réponses simples à des questions complexes. Il a fait son beurre de l’immigration, oubliant d’ailleurs que Jean-Marie Le Pen avait commencé sa carrière en prônant l’intégration de l’Algérie, donc de sa population, à la France, alors que cette idée, si l’on en croit les mémoires d’Alain Peyrefitte, révulsait le Général de Gaulle pour qui «les Français étaient les Français et les Arabes, les Arabes» et qui opposait la tradition chrétienne de la France à la tradition musulmane de l’Algérie. On sait ce qu’il advint de cette affaire et l’ancien chantre de l’Algérie française devint le pourfendeur de l’immigration, avec un certain succès populaire. De même, alors que la classe politique se cherchait, dans le flou, un destin européen, le Front national s’y opposa en défendant les valeurs de la tradition française. Mais Jean-Marie Le Pen ne pouvait pas s’empêcher d’être provocateur et souvent odieux. Ses plaisanteries sur «Durafour crématoire» ou sur le «détail» de la Seconde Guerre mondiale qu’aurait été l’usage des fours crématoires pour éliminer le flot immense des victimes du National Socialisme Allemand, sont franchement indécentes quel qu’en soit le contexte. Tout le personnage avait un penchant assez glauque, une attirance étrange pour le passé nazi, comme en témoigne la diffusion par sa maison de disques, la SERP, de chants de la Waffen SS dans les années soixante. Certes, le prétexte était historique, mais le sujet douteux. C’est probablement cet aspect trouble de son monde politique, cette volonté de fédérer tous les groupuscules d’extrême droite et l’intégrisme chrétien qui l’empêcha de transformer en vrai succès populaire, son talent d’orateur, son sens de la formule et sa connaissance du peuple.
Or, sa fille Marine n’est évidemment pas de la même génération. Sa perception du deuxième conflit mondial est tout à fait différente. Elle n’a pas servi dans la légion étrangère, elle n’a pas connu la difficile période de la décolonisation. Elle est contemporaine, elle est totalement dans les querelles de son temps, elle a des thèmes simples qui semblent porter sa conviction alors que la classe politique, rajeunie, mais profondément habitée par le doute, passe son temps à chercher ce qui est politiquement correct et ce qui ne l’est pas.
Nicolas Sarkozy a fait une campagne électorale fondée sur les valeurs du travail. L’explosion financière de 2008, le scandale épouvantable et inachevé de la fausse monnaie fabriquée par les banques les plus sophistiquées, ont mis à bas les perspectives qu’il dessinait. Le monde de l’argent nu, ne pouvait plus dissimuler un scandale dont d’ailleurs le Président de la République n’était pas responsable. Il aurait simplement du lire Fernando Pessoa, le banquier anarchiste, qui disait déjà, lors de la crise de 1929 «le mal véritable, le seul, ce sont les fictions sociales qui se superposent aux réalités naturelles, de la famille à l’argent».
Or Marine Le Pen parle des réalités naturelles tandis que le monde politique se débat dans les fictions sociales, les systèmes, les complications, le langage de Marine Le Pen est compréhensible, même lorsqu’elle assène des contre-vérités tout à fait considérables.
Qu’importe que sa dévaluation espérée d’un franc nouveau, ruine illico les retraités et les épargnants, ce n’est pas le sujet. Le sujet, c’est le franc, c’est le Pays, c’est la Nation. C’est cet équilibre de proximité qui donne naturellement une perspective de prospérité au peuple qui l’écoute.
Et ce langage simple porté par une jolie femme a toutes chances d’être plus convaincant que les fictions de droite ou de gauche d’idéologies épuisées. Jean-Louis Borloo s’est lancé courageusement et assez seul dans une relecture de notre société. Il prépare un manifeste. Il est nécessaire que ce manifeste parle simplement des réalités actuelles et ne soit pas un catalogue de mesures où l’on trouve de tout comme jadis à la Samaritaine. Parce qu’au Front National, on s’est emparé à bras le corps du grand thème radical de la laïcité, que beaucoup de républicains ont du mal à manipuler parce qu’il ne s’agit plus, comme en 1905, de viser le Pape et les congrégations, le passé chrétien et le rôle de l’église au sein de la société, mais d’opposer la laïcité à une religion, l’Islam, très liée à l’immigration, si bien qu’il semble que s’en prendre à l’Islam, c’est faire preuve de racisme ou de discrimination. Le Front National n’a pas d’arrière-pensées, la laïcité devient une arme républicaine au premier degré, comme la reconstitution des frontières pour s’opposer au mondialisme et à ses délocalisations. Ce sont des armes naturelles et qui semblent maniables à une époque où l’on se méfie de la modernité.
Si ces thèmes ne sont pas abordés, discutés, explicités, si Marine Le Pen est la seule à occuper ce terrain, et à tenir ces discours, elle sera la seule à mobiliser, à réunir et à fédérer l’électorat populaire. Le Front de gauche s’en inquiète, et il a raison, Mélanchon copie le Front. Jean-Pierre Chevènement essaye aussi de se situer sur ce terrain populaire et national, mais avec évidemment un autre langage, une autre logique, une autre pensée, mais rien ne ressemble plus à une fiction qu’une autre fiction.
L’UMP et le PS qui acceptent les dogmes de base de l’Union européenne, de la monnaie unique, de la libre circulation, de la liberté d’entreprendre, en un mot de la démocratie libérale, risquent dans ces temps troublés de perdre du terrain électoral et le Front National, peut émerger comme un acteur majeur de la vie politique française faute de trouver en face de sa nouvelle présidente des ténors suffisamment puissants pour redonner à la Nation française le goût d’elle-même et l’espoir.

Xavier de Roux
Paru dans L’Echo des Arènes n°160 – Février 2011


Publicités
Catégories :L'Echo des Arènes, Politique
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :