Accueil > L'Echo des Arènes > Faisons un rêve !

Faisons un rêve !

mardi, décembre 28, 2010 Laisser un commentaire Go to comments

Marine Le Pen, qui n’a toujours pas succédé à son père, fait la une de tous les magazines et accapare le débat politique, en kidnappant même la laïcité que les catholiques intégristes qui font les gros bataillons du Front n’ont pourtant pas encore digérée. Mais la laïcité, modèle 2010, a un avantage sur la laïcité modèle 1905 : on ne l’utilise plus contre les curés et leurs congrégations, mais contre l’Islam ! C’est-à-dire contre l’étranger, l’autre, l’immigré et comme Mahommet a bon dos, on mêle les extravagances pseudo religieuses de certains, avec une foi populaire répandue et partagée par une grande partie de la planète.
Ce n’est pas propre à la France. La Hollande, l’Autriche, la Suisse et même la Suède ont de fortes minorités politiques que l’on classe à l’extrême-droite, parce que c’est pratique mais qui mobilisent toutes sur le thème de la crainte de l’immigré d’une autre culture, sur fonds de mondialisation et de mise en concurrence sauvage de tous les prolétariats. Cette réaction après la crise financière de 2008 est tout à fait compréhensible, la crise de 1929 avait d’ailleurs ouvert la partie au national socialisme ou au fascisme italien, Mussolini n’était pas pourtant un conservateur de droite. Et c’est là où est toute l’ambiguïté. Le niveau de vie des classes populaires a été atteint, celui de la moyenne bourgeoisie aussi. Peu croient vraiment à la fameuse “égalité réelle” prêchée par Martine Aubry ; d’autres avec les anti-capitalistes sont disposés à faire sauter le système. Il doit donc y avoir une reconstruction de notre société autour d’un thème central et modéré qui est l’harmonie humaniste. La droite conservatrice devrait se rapprocher de ces thèmes et réfléchir aux imposantes fractures sociales qui se sont produites sous ses yeux. Mais voilà qu’affolée d’être doublée à droite, elle se met à galoper sabre au clair derrière les thèmes de Marine Le Pen ! On avait connu Jean-François Coppé plus intelligent et surtout plus malin. Certes, ses troupes sont parfois, en matière de répression par exemple, à la droite du Front National, mais à force d’adopter ses thèmes et son langage, plus rien ne va finir par les distinguer au point que Marine Le Pen pourra apparaître comme le vrai leader de l’UMP avec pour adjoint Mariani par exemple, lorsque le secrétariat aux Transports lui en laissera le temps.
Ce mouvement, commencé avec le débat sur l’identité nationale, poursuivi avec la répression pénale, s’épanouit ou donne cette impression dans l’affaire de l’immigration où s’est illustré pourtant un transfuge du socialisme, l’excellent Eric Besson, et plus récemment le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux… Ce n’est pas que ces deux ministres républicains aient un penchant particulier pour l’autoritarisme national, c’est tout simplement parce que les signes et le langage les entraînent vers ces rivages comme des nageurs poussés par le courant.
Or l’immigration, évidemment, personne n’en viendra à bout. Elle est vieille comme l’humanité ! Dès que l’homme s’est mis debout et a commencé à marcher, il a arpenté la planète, affronté les autres, ses semblables et la nature. C’est ainsi, tant qu’il y aura des contrées de pauvreté et de malheur, leurs habitants rêveront de pays de cocagne et feront mouvement.
Sans remonter au Cro-magnon qui chassa le Neandertal, nous savons bien que les peuples des steppes sont venus à bout de Rome et qu’ils sont un peu nos ancêtres. Nous savons bien que nous sommes partis vers la terre promise en rangs serrés, et que nous avons envahi l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord en chassant les Indiens, les indigènes, et que nous avons transporté jadis sur nos bateaux les peuples d’Afrique, pour qu’ils travaillent dans nos entreprises, et beaucoup plus récemment nous les avons fait venir pour faire nos guerres et nos automobiles, et le mouvement ne s’arrêtera pas. Marine Le Pen pourra s’égosiller et faire prendre des vessies pour des lanternes, rien ne changera. Alors plutôt que de suivre ses chimères ou celle de la société des égaux distillée par Martine Aubry, qui a déjà oublié la façon dont cette société a disparu, il est temps de réfléchir à nos sociétés meurtries par nous-mêmes, dont nous avons extrait le temps, parce que nous courons après l’éternité et que nous voulons transformer le temps en argent, la fortune jubilatoire. La limite a été atteinte. L’égoïsme a connu son paroxysme. L’objet de l’existence ce n’est pas le commerce, ce n’est pas le marché. Le marché fabrique de l’argent, l’existence devrait fabriquer du bonheur ! Au fond Platon et Pascal disaient la même chose et le grand Hafez n’a pas chanté autre chose. Nous sommes habiles, furieux et tendres depuis toujours. Nous rêvons d’une société parfaite, parce que nous sommes individuellement imparfaits, avares, concupiscents, envieux et que pour vivre ensemble, il faut savoir se dépasser ; quel programme politique fantastique ! Ecouter l’autre, se reconnaître dans son regard, donner, partager, recevoir et vivre ensemble, si ces quelques règles modestes devenaient vraiment les règles de notre société, loin des fracas de l’économisme que l’on enseigne comme une science, sans faire la part de la cupidité, alors on n’aurait plus besoin de Marine Le Pen et de ses épigones, ni de la République des égaux que l’on veut imposer au forceps ; nous retrouverions l’humanisme dans une société apaisée. Autant dire : faisons un rêve !

Xavier de Roux
Paru dans L’Echo des Arènes n°159 – Janvier 2011

Publicités
Catégories :L'Echo des Arènes
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :