Accueil > Actualite, Justice > Un avocat saintais pour les Serbes

Un avocat saintais pour les Serbes

Lundi 26 février dernier, à la Haye, la Cour Internationale de Justice a rendu son jugement dans l’affaire opposant la Bosnie à la Serbie. La cour a rejeté la plainte de la Bosnie qui accusait la Serbie d’avoir commis un génocide sur la communauté musulmane durant la guerre civile qui a agité l’ancienne Yougoslavie de 1992 à 1996. Devant la haute juridiction, la Serbie était défendue par l’avocat saintais Xavier de Roux, député maire de Chaniers. Il répond à nos questions : • Défendre la Serbie contre la Bosnie n’était facile puisque la question était de savoir s’il s’agissait ou non d’un génoci­de. Comment avez-vous orga­nisé votre plaidoirie ? Dans l’opinion publique, la Serbie a toujours tenu le rôle du méchant dans la guerre civile qui a éclaté lorsque la Yougoslavie s’est divisée sous la poussée des nationalismes. La Slovénie, la Croatie, puis la Bosnie ont fait sécession. Aujourd’hui, il ne reste rien de la malheureuse Yougoslavie puisqu’à leur tour, la Macédoine et le Monte Négro ont pris leur indépendance tandis que le Kosovo est pratiquement sous mandat des Nations Unies. L’Union européenne, plutôt que de s’opposer à l’éclatement de ce pays imposé par Clemenceau en 1918 pour stabiliser les Balkans, a suivi l’Allemagne. En effet, elle avait une vieille revanche à prendre puisque l’as­sassinat de l’Archiduc d’Autriche, à Sarajevo en 1914, est à l’origine de la Première Guerre mondiale et du démem­brement de l’empire d’Autriche. A cette époque, la Serbie était l’alliée de la France et, à Belgrade, un immense mausolée rappelle cette ancienne alliance. Ceci étant, la guerre civile a été particulièrement atroce en Bosnie. Ce pays n’existe pas réellement. Il comprend trois com­munautés, musulmane, croate, serbe, et il était difficile de faire vivre en petit ce qui avait éclaté en grand. Autrement dit, la Bosnie ressemblait étrange­ment à une petite Yougoslavie. C’est donc un combat intercom­munautaire qui a opposé, sur le territoire bosniaque, les minori­tés croate, serbe de Bosnie et musulmane.

Dans cette conquête du terri­toire, s’est déroulé le drame de Srebrenica. Le deuxième corps d’armée de la République serbe de Bosnie a massacré tous les hommes en âge de porter les armes lors d’un siège où les forces des Nations Unies, repré­sentées par un contingent hol­landais, n’ont guère brillé. Les responsables ont déjà été condamnés par le Tribunal pénal international et le géné­ral Mladic est toujours active­ment recherché. La Bosnie, et c’est tout le procès devant la Cour, soutenait que la Serbie avait armé les Serbes de Bosnie. En conséquence, elle était donc responsable, non seulement du massacre, mais de l’ensemble des atrocités qui ont marqué cette guerre. Des dom­mages et intérêts très impor­tants lui étaient réclamés. La Serbie devait démontrer, d’une part, qu’il n’y avait pas eu de Convention internationale et, d’autre part, que les massacres ne lui étaient pas imputables. C’est finalement ce qu’a dit la Cour en retenant cependant la responsabilité de la Serbie pour n’avoir pas fait arrêter le géné­ral Mladic qui doit être traduit devant une juridiction interna­tionale. 

• Quelle est la portée poli­tique de la décision de la Cour Internationale de Justice ?
La Cour Internationale de Justice, composée de quinze hauts magistrats de différents pays du monde, a rendu un ver­dict d’apaisement. Cette région des Balkans doit, en effet, se réconcilier. Cette tâche n’est pas facile compte-tenu du passé. Déjà, la Slovénie et
la Croatie sont entrées dans l’union européenne. La Serbie y aspire également et il faudra bien trouver une solution aux problèmes du Kosovo ainsi, d’ailleurs, qu’à la création d’une véritable république bos­niaque pouvant parler d’une seule voix.
 

Actuellement, les Casques bleus sont-ils toujours en Bosnie ? Oui. Il y un fort contingent de casques Bleus en Bosnie et Kosovo, notamment français. Les Américains ont installé une base très importante au Kosovo. 

Quelle a été la position des Américains qui sont large­ment intervenus dans les Balkans… avant d’entrer en Irak ?Les Américains sont effective­ment intervenus dans les Balkans, notamment aux côtés des Bosniaques musulmans et des Kosavars. C’était l’époque où les Américains soutenaient, là comme ailleurs, les minorités musulmanes. Ils voyaient dans cette religion un rempart au communisme. Ils ont d’ailleurs été largement les initiateurs du mouvement taliban en Afghanistan, sans compter les liens étroits que le président Bush père entretenait alors avec la famille Ben Laden et l’Arabie Saoudite. 

Pourquoi la Serbie vous a-t-elle pris pour avocat ? Dans ce procès, les juristes fran­çais étaient à l’honneur puisque la Bosnie était notamment défendue par Brigitte Stern, professeur de droit à l’universi­té de Paris I et Alain Pellet, enseignant à l’université de Paris 10.

Il était normal que la Serbie trouve ici un avocat français ! C’est ainsi que j’ai accepté la mission qui m’était proposée.

Advertisements
Catégories :Actualite, Justice
  1. xavier
    dimanche, mai 18, 2008 à 18 h 22 min

    j’ai lu votre message appelez moi amitiès.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :