Accueil > Actualite, L'Echo des Arènes > Et si l’on se réveillait ?

Et si l’on se réveillait ?

Le troisième échec de la candidature française aux Jeux olympiques devrait nous alerter et sans doute nous réveiller. Pourquoi Londres a-t-elle été préférée à Paris ? Il ne suffit pas d’insinuer comme l’a fait Delanoé, le maire de Paris, que la Perfide Albion, comme à son habitude, aurait triché, mais plutôt il convient de se demander si le fameux modèle français, si présent dans le film de Besson comme dans les propos des principaux porte-parole, séduit encore.

Le comité olympique est pourtant composé, encore, d’une majorité de délégués européens. Mais ils nous regardent de plus en plus comme une nation où il fait bon vivre mais qui ne sait plus créer, tout en faisant la leçon au monde entier ! L’arrogance et la prétention française vont de pair avec sa perte d’influence, parce que l’influence c’est d’abord un modèle social réussi. Or les pays d’Europe centrale, la Pologne en particulier et son fameux plombier nous disent qu’ils n’ont pas quitté le Comecon et son économie planifiée pour retrouver dans l’Union européenne un modèle comparable, mais bien pour se développer dans le cadre de l’économie de marché contre laquelle nous avons négativement voté au référendum. Lech Walesa, le fameux syndicaliste polonais, ne mâche pas ses mots. Il déclarait récemment à la presse : « Mais pourquoi donc les Français ont-ils encouragé des Polonais, pendant tant d’années, à construire une société capitaliste alors qu’ils sont eux-mêmes restés communistes » ? C’est sans doute un propos réducteur, mais c’est bien l’image que la France donne à une grande partie de l’Europe avec son étrange querelle sur l’économie de marché, incluse dans le fameux traité qui aurait détruit le prestigieux modèle !

Le socialisme anglais de Tony Blair qui réunit aujourd’hui la quasi-totalité des partis socialistes européens, se gausse de nos querelles et se situe d’ailleurs largement à droite de la droite française ! Observons avec modestie ce qui se passe aujourd’hui au Parlement européen, élu au suffrage universel ! Aurions-nous raison con-tre tous, ou au contraire, notre état pléthorique, nos services publics hors de prix, notre fameuse protection sociale et les déficits publics abyssaux qui en résultent et que paieront les générations futures – si elles le peuvent – ne sont plus de nature à être un exemple pour les autres peuples européens.

C’est évidemment là que doit porter notre réflexion. Nous avons toujours tendance à donner des réponses extrêmes à des questions qui ne le sont pas. Nous opposons toujours au bon sens une idéologie féroce ; nous avons toujours préféré le concept à la réalité et nous sommes restés orphelins du marxisme qui a pourtant fait tant de dégâts sur la planète. On va aujourd’hui réveiller les cendres du vieux Trotski et toute honte bue, le parti communiste voudrait nous donner des leçons de liberté. On peut simplement constater que si le libéralisme engendre le profit dont l’excès peut être critiquable, le communisme a engendré le goulag. On ne joue pas dans la même division !

Demandez aux Hongrois ou aux Tchèques ce qu’ils en pensent, ils connaissent et les habits neufs d’Attac ne changent rien à l’affaire. Mais il était quand même extraordinaire pour une ville candidate aux Jeux olympiques d’avoir convoqué à Singapour Monsieur Thibault, leader de la CGT, pour dire au comité olympique que sa centrale ne ferait pas grève pendant les Jeux !

C’est cela aujourd’hui la France, ce conservatisme pesant, incapable d’admettre la moindre réforme, irrité par le modernisme, la diversité et la différence, cette France qui préfère voir partir ses créateurs, ses inventeurs et ses entrepreneurs plutôt que de toucher, même du bout des doigts à un système fiscal obsolète !

Alors finalement l’échec du référendum d’abord, l’échec de la candidature aux Jeux olympiques ensuite sont peut-être finalement deux événements salutaires. Ils nous renvoient assez crûment l’image de notre société et de notre Pays, l’état de nos craintes et de nos peurs et en même temps les formidables potentialités de notre Pays liées à l’imagination et à la créativité des Français.

Que 65 pôles de compétences aient émergé en quelques mois de nos régions, qu’une réflexion profonde sur la cohésion sociale se mette en place, que des perspectives s’ouvrent enfin avec l’installation d’Iter sur notre sol, c’est-à-dire la pointe de la recherche énergétique, cela fait quand même pas mal d’hirondelles en même temps pour annoncer un printemps français que l’on doit espérer proche !


Xavier de Roux

Vous pouvez réagir à cet éditorial en écrivant à l’adresse électronique suivante: contact@xavierderoux.net

Publicités
Catégories :Actualite, L'Echo des Arènes
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :