Accueil > Actualite, Emploi, Relations Internationales > La troisième guerre mondiale est-elle commencée ?

La troisième guerre mondiale est-elle commencée ?

Le débat que nous avons en France et en Europe concernant le Moyen Orient est plutôt surréaliste. On parle, et d’ailleurs largement dans nos colonnes de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, qui porterait ainsi ses frontières sur l’Euphrate au milieu de l’Orient compliqué. Interrogé sur cette question, le Premier ministre turc, M. Erdogan, a eu une réponse à la fois terrible et vraie. Il a rappelé que la promesse d’adhésion faite à la Turquie remonte à 1963, à une époque où l’on avait très besoin de l’armée turque pour défendre les frontières contre la menace soviétique.

C’était l’époque de la guerre froide ! Aujourd’hui c’est l’époque de la guerre chaude, et le Premier ministre turc d’ajouter avec une certaine malice que l’Union Européenne n’avait pas besoin de l’adhésion de la Turquie pour être militairement présente sur l’Euphrate ! On découvre en effet au beau milieu du conflit irakien un contingent anglais, un autre polonais, un autre italien ; même si les Espagnols sont revenus, il y étaient. Les armées européennes sont en Mésopotamie, et font la guerre aux côtés des troupes américaines, et c’est bien la guerre qu’ils font. Effectivement, l’Europe n’a pas eu besoin de la Turquie pour s’en mêler.

L’épouvante règne au Moyen Orient. On meurt chaque jour dans le cahot irakien ; les hôtels sautent en Egypte ; les chars israéliens rasent des quartiers entiers des camps de réfugiés de la bande de Gaza ; le royaume saoudien est menacé ; la guerre sainte islamique est déclarée à l’occident des « croisés » par une poignée de fanatiques qui préfèrent le paradis d’Allah à la vie humiliée et famélique qui est la leur.

Théodor Herzl, le fondateur au XIXème siècle du Sionisme, c’est-à-dire du retour du peuple juif en Palestine, disait : « En Palestine, nous créerons un avant-poste de l’Europe, contre l’Asie. Nous serons l’avant-garde du monde civilisé contre la barbarie ».

Certes, le rêve colonial emplissait alors la conscience européenne, et il n’est pas extraordinaire que des penseurs juifs aient alors lancé ce rêve de reconquête de l’espace biblique et du grand Israël. La terreur hitlérienne renforça, après 1948, le mouvement sioniste créé 50 ans plus tôt. Mais alors que l’Europe se retirait partout de ses « avant-postes contre la barbarie », au Liban, en Syrie, en Egypte, en Irak, en Tunisie, au Maroc, en Algérie, Israël tenait en Palestine, et menait une guerre de survie, aidée par les américains qui reprenaient à leur compte la mission de Théodor Herzl. Israël devenait le chien de garde des intérêts américains au Moyen-Orient, et Dieu sait si ces intérêts sont considérablement puissants !

John Betty écrivait en 1950 dans son livre « Le rideau de fer de l’Amérique » : « Les présidents et leurs collaborateurs s’inclinent devant le sionisme comme quelqu’un qui se trouve devant une tombe sacrée. La minorité juive des Etats-Unis est parvenue à un tel degré de force et d’ambition que l’Amérique est, de son fait, menacée de périls incessants et d’une troisième guerre mondiale. » En cela, il reprenait l’opinion du grand orientaliste français Louis Massignon, qui affirmait de son côté : « La Palestine d’aujourd’hui est l’expérience terminale, le cas crucial de cette exploitation coloniale qui, depuis des siècles, sème dans le monde des opprimés une haine apocalyptique ».

Le Président Kennedy fut le seul président américain à comprendre très clairement la situation, et à tenter de se rapprocher de l’Egyptien Nasser qui lui écrivait, le 18 août 1961 : « Monsieur le Président… mon but est de vous exposer que le droit du réfugié palestinien est lié au droit de la patrie palestinienne et que les autres patries arabes ne peuvent s’isoler de l’agression dirigée contre une des leurs pour la raison bien claire que cette agression menace les autres patries arabes du même danger et les expose au même sort ».

Certes, l’histoire est l’histoire et il n’est plus question de remettre en cause l’existence de l’Etat d’Israël, mais il faut que cet Etat devienne un Etat de paix et non plus un Etat de guerre. Comment interdire à l’Iran d’avoir un armement nucléaire, dès lors qu’elle se prétend menacée par l’armement nucléaire d’Israël, qui n’a jamais fait l’objet du moindre contrôle, ou de la moindre déclaration aux instances internationales ? Comment soutenir la souveraineté d’un Etat palestinien, si le tracé de ses frontières, ou son héritage, est tel que cette souveraineté ne pourrait pas s’exercer ?

L’Union Européenne, et la France, ont apporté beaucoup de lucidité dans cette affaire dont la solution difficile doit reposer sur l’équité. Car seule l’équité peut apporter une paix durable. Or, nous avons besoin, le plus grand besoin, d’une paix durable, et l’on pourrait même dire d’une paix égoïste. Mais le temps de la paix est en train de passer, et le temps de la guerre est en train de s’installer.

La pire des guerres se prépare, celle des supposés pauvres contre les supposés riches, celle des croyants contre les incroyants, ou les supposés tels, celle des passions contre la raison.

Dans cet affrontement, quelle sera la position de la Turquie ? Faut-il l’arrimer à notre camp, au camp de la paix, et la faire peser de toutes ses forces qui sont immenses au service d’une solution pacifique au Moyen Orient, ou pense-t-on qu’il est déjà trop tard et que la Turquie a déjà choisi le camp de l’Islam ? C’est la question qui doit être résolue, et ce n’est pas facile. Mais n’ayons aucun a priori, car le pire se prépare.


Xavier de Roux

Vous pouvez réagir à cet éditorial en écrivant à l’adresse électronique suivante: contact@xavierderoux.net

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :