Barbarie

L’Europe fait penser aujourd’hui aux derniers siècles de l’Empire Romain. Nous avons atteint un très haut niveau de civilisation, de développement, limant les extrêmes, assurant la paix, gommant les responsabilités pour tendre vers l’égalité et établir une société pacifiée. Mais le fracas et le chaos du monde sont en train de jeter à bas ce modèle, miné par l’émergence de nations nouvelles, déstabilisé par la mondialisation anglo-saxonne, et le sacro-saint principe de concurrence qui n’est que la force aveugle de la loi du marché. La cohésion sociale fondée sur l’équité, mais aussi sur la neutralité religieuse que l’on appelle ici laïcité, est également à l’épreuve.

Des fous de Dieu ont lancé le Djihad, la guerre sainte, contre les « Croisés que nous serions, alliés du grand Satan américain, lui-même complice de l’occupation des lieux saints par Israël ! Puisque nous piétinons dans le péché, les bombes saintes seraient notre châtiment.
Pauvre Dieu, devenu la propriété de quelques cinglés désespérant de leur existence, demandant de toutes leurs forces ce paradis qu’ils gagneront par le sacrifice d’eux-mêmes et des autres !

Comment comprendre ces forces obscures qui se nourrissent des malheurs du monde, des occupations injustes et des humiliations de ceux qui se pressent devant les vitrines éclatantes de la richesse supposée des nations gavées de biens matériels, d’immédiateté et qui se moquent bien de l’éternité ! L’Occident a lutté de toutes ses forces contre le matérialisme marxiste, pour faire triompher son matérialisme à lui. La fin de toutes choses et de toutes politiques est devenue la satisfaction immédiate de besoins matériels réels ou supposés.

Nos gouvernements sont soumis aux pressions incessantes des corporations et des intérêts particuliers qui se drapent toujours dans la défense d’intérêts collectifs, sans dégager d’autres perspectives que celles de durer dans l’état que l’on a atteint et que l’on suppose parfait. Alors la démocratie, qui est évidemment le moins mauvais système de gouvernement, mais qui est fragile, hésite devant les opinions, consulte les sachants, décrète dans l’urgence et légifère dans une complexité qui masque les intérêts contradictoires qui font incessamment pression.

La France d’aujourd’hui illustre parfaitement cette situation. Mille milliards d’euros de dette ! Des systèmes sociaux qui ne font qu’accroître les déficits, une pression des prélèvements obligatoires qui en résulte que personne ne parvient à faire baisser, et l’appauvrissement général qui s’en suit ! On sait bien qu’on ne peut pas dépenser plus que le montant de ses recettes. C’est pourtant ce que fait l’Etat, dont on ne parvient pas à faire baisser les dépenses, tant il est difficile de supprimer les missions utiles ou inutiles dont il s’est affublé au cours du temps, mais qui représentent des emplois, donc des salaires versés. Et dès lors que l’on est dans la place, chacun en veut plus ! Mais à force de remplir la barque, elle finira par couler.
Nos sociétés ne sont pas insubmersibles, et il faut craindre le temps où seront portés au pouvoir des dirigeants aux idées simples et brutales ; ils parviendront sans doute à faire ce que n’auront pas réussi à réaliser ceux qui comprennent la complexité, et redoutant de trancher les nœuds d’un coup d’épée, préfèrent s’échiner à les défaire.
Car ce jour-là, la barbarie reviendra ; on l’aura même poussée au pouvoir en chantant, et nous serons alors nombreux à regretter la liberté. Il n’est pas trop tard pour renoncer aux égoïsmes, pour réfléchir et décider ensemble, pour préférer la république à l’aventure. Mais le temps nous est compté.

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :